Dossiers


 

Le bilan de compétence : un moment clé dans son parcours professionnel

 

DSCN3510 maison-emploi

Grâce à l’accompagnement d’un consultant expérimenté, le bilan de compétences constitue une étape clé dans l’élaboration d’un projet professionnel.

 

« On entreprend souvent un  bilan de compétences parce que l’on souhaite faire le point sur sa carrière professionnelle, pour réfléchir sur les évolutions possibles, changer d’orientation , retrouver une motivation , redonner du sens lorsqu’on traverse des périodes difficiles notamment dans le cadre de réorganisation, de conditions de travail qui se dégradent ….. » explique Sophie Evano, consultante au CIBC du Morbihan à Lorient.

 

S'appuyer sur des spécialistes

Consulter nos fiches sur le bilan de compétences
- pour les salariés (fiche 1 et fiche 2)
- pour les agents de la Fonction publique d'État
- pour les agents de la Fonction publique territoriale
- pour les agents de la Fonction publique hospitalière

Spécialistes du bilan de compétences, le réseau des CIBC est doté d’une équipe pluridisciplinaire, composée de psychologues, de spécialistes des ressources humaines et de l’orientation des adultes.
Quelque soient les raisons, il s’agit de  faire le point pour se donner de nouvelles  perspectives, ou envisager des axes d’évolution professionnelle (ex : prise de responsabilité d’une équipe, élargissement de ses compétences, reconversion…).
Le bilan peut se faire sur son temps de travail (avec l’accord de l’employeur) ou sur son temps personnel (l’employeur n’en est pas informé).

 

S'engager dans la démarche

Le bilan est une prestation de conseil, un outil d’aide à la décision (qui est régi par plusieurs articles de lois inscrits dans le code du travail depuis 1991). Il répondra d’autant mieux aux attentes de la personne qui s’y engage, que celle-ci saura être actrice de sa démarche, sera prête à se remettre en cause, à se poser des questions sur un avenir qu’on ne maîtrise pas forcément

 

Suivre une méthode

Le rôle du conseiller est essentiel car il apporte une méthodologie, des outils. un réseau de contacts, … la confidentialité des échanges durant les entretiens est préservée. .
L’accompagnant met son expérience au service de la personne, car il a une bonne connaissance de la réalité des métiers, des univers professionnels, du marché de l’emploi, des financements possibles de formation, …. Cette prestation permet au bénéficiaire du bilan de se fixer des priorités professionnelles, de se confronter à la réalité d’un futur métier en rencontrant des professionnels du métier visé et/ou en effectuant des stages.
Le conseiller sait aussi rassurer et motiver la personne qui fait un bilan lorsqu’elle connaît des périodes de doutes, de désillusion, … inhérentes à la réflexion sur un projet professionnel.

 

Progresser dans sa réflexion

Le projet s’élabore progressivement.  Il s’agit de définir :

  • où je veux aller (en termes de métier)
  • pourquoi j’y vais
  • les atouts dont je dispose pour réaliser ce projet : ce sont les aptitudes (par ex : la capacité à travailler en équipe, ou à encadrer, ou à parler en public...) et les compétences (les savoir-faire)
  • les aptitudes et compétences à acquérir, et les moyens de le faire (par la formation notamment)
  • les contraintes  (d’organisation, personnelles, financières...) à prendre en compte
  • l’ancrage économique du projet. La personne doit faire preuve de pragmatisme, d’autant plus dans un cas de reconversion où elle va  arriver comme un (faux) débutant sur un nouveau métier”.

Le bilan dure 24 heures, organisé en séances de 2 ou 3 heures et étalées sur trois mois.. C‘est le temps nécessaire pour mûrir le projet, le confronter à la réalité du terrain. Il faut donc  prévoir du temps pour continuer des recherches entre chaque séance (rencontres avec des professionnels, des organismes de formation, éventuellement des stages
L’accompagnant, qui a une bonne connaissance de l’environnement économique et de la réalité des univers professionnels,  peut contribuer à  limiter fortement les “fausses routes”.

 

Prendre le temps

Le bilan dure 24 heures, organisé en séances de 2 ou 3 heures et étalées sur trois mois.. C‘est le temps nécessaire pour mûrir le projet, le confronter à la réalité du terrain. Il faut donc  prévoir du temps pour continuer des recherches entre chaque séance (rencontres avec des professionnels, des organismes de formation, éventuellement des stages
L’accompagnant, qui a une bonne connaissance de l’environnement économique et de la réalité des univers professionnels,  peut contribuer à  limiter fortement les “fausses routes”.

 

Définir un plan A et un plan B

L’objectif du bilan est de faire émerger un projet prioritaire et de prévoir un “plan B”.
Avec l’accompagnant, le bénéficiaire établit un plan d’action : VAE, formation ou remise en forme du CV ... Il identifie les financements possibles et sa rémunération pendant la période de formation.
Le travail effectué durant le bilan de compétences permet de se préparer à argumenter son projet dans un dossier de demande de CIF (congé individuel de formation) ; il faut en effet convaincre de la pertinence et du réalisme du projet.
A la fin du bilan, le bénéficiaire  se voit remettre une synthèse (document argumenté) qui est sa propriété  et qui reprend, entre autre,  les points d’appui pour le(s)  projet(s) et le plan d’action à mettre en oeuvre après le bilan.

 

Six mois plus tard...

Le conseiller fait le point avec la personne sur les démarches qu’elle a entreprise suite à la prestation puisque l’objectif du bilan est que la personne se mette en action.

 

Texte et photo : Clothilde Cheron (janvier 2013)

 

Articles du dossier

 

Fotolia 39926308 XSFaire le point sur son évolution professionnelle

Comment s’y prendre pour bien démarrer cette réflexion ?

 puce-gray-smallLire la suite

 

Réfléchir à son projet professionnel : exemples d'accompagnement DSCN3510 maison-emploi2

Deux exemples d'accompagnement destinés aux demandeurs d’emploi qui veulent faire le point sur leur projet professionnel.

 puce-gray-smallLire la suite